Adria_lignes_sansfond.png

Construire une stratégie patrimoniale à l’aube d’une carrière d’avocat

Après plus de 5 années d’études et 18 mois au sein de l’Ecole de Formation au Barreau de Paris (EFB), vous vous lancez dans le grand bain de la profession d’avocat. Jeune avocat, cet article vous est destiné et a pour objectif de vous donner tous les outils de la gestion de patrimoine pour prendre les bonnes décisions d’investissement.



Faire comme tout le monde


C’est officiel. Vous avez prêté serment et votre première rétrocession d’honoraires est tombée. Et comme tout le monde, vous prenez vite le réflexe de provisionner les fameux 50% (on n’est jamais trop prudent).


Vous aviez l’habitude de vivre avec votre gratification de stage. Vous disposez maintenant d’un budget supplémentaire et donc d’une capacité d’épargne. Sachez-le : vous allez être la cible des courtiers en assurance et prévoyance retraite.

D’ailleurs, votre entourage professionnel vous le dit dès le début.

« Il faut rencontrer un courtier en assurance / protection sociale pour ta prévoyance, ta mutuelle et ta retraite »

Vous ne savez pas vraiment pourquoi. Mais c’est comme ça.

Vous prenez rendez-vous, et vous ne savez toujours pas à quoi cela va vous servir. On vous a vendu 2 ou 3 contrats mais vous restez dubitatifs quant à cet effort mensuel d’épargne.

Entre nous, pensez-vous vraiment avoir préparé votre avenir, vos projets, vos objectifs grâce à cette relation ?


Cette démarche est répétée auprès d’un grand nombre de professionnels et on vous vend bien souvent la même chose. Sans approche personnalisée et sans réaliser de bilan patrimonial. J’en ai d’ailleurs fait l’expérience. Il y a mieux à faire, c’est évident.


Investir dans l’immobilier ?


Vous avez été longtemps locataire et vous souhaitez maintenant avoir votre chez vous. C’est votre priorité. Investir dans une résidence principale.

Vous êtes parisien : un loyer coûte cher et vous ne voulez plus « jeter de l’argent par les fenêtres ».


Vous vous dites qu’après tout, avec ce loyer important vous pourriez vous loger chez vous au prix d’un endettement certes important mais vous seriez chez vous. C’est oublier plusieurs paramètres. Allez-vous restez longtemps à Paris ? Si non, combien de temps ?


Si vous quittez cet appartement dans 5 ans après l’acquisition :

- Vous avez payé des frais d’acquisition importants (10 % du prix, soit 45 000 euros sur un appartement de 450 000 euros) ; et

- Vous avez surtout commencé à rembourser des intérêts et vous n’avez pas amorti énormément de capital.


En fait, vous avez peut-être pris du retard sur la préparation de vos autres objectifs de vie. Il y a donc bien un arbitrage à faire entre acheter et louer pour trouver le bon point d’équilibre.

En effet, bien souvent, il peut être plus intéressant de rester locataire pour conserver une capacité d’épargne pour mener d’autres projets en parallèle pour préparer vos autres objectifs (étude des enfants, transition professionnelle, création d’un cabinet, préparation de la retraite). D’ailleurs, l’acquisition de la résidence principale doit-elle être un objectif en soi ou un moyen pour préparer vos autres objectifs ?


Alors que faire ? Dans quoi investir ?


Votre banquier qui vous tapait sur les doigts il y a encore quelques mois se veut désormais plus disponible pour vous et vous sollicite pour ouvrir une assurance-vie. Vous prenez rendez-vous parce qu’on vous a dit, qu’il fallait le faire, pour prendre date.

Compte tenu de votre profil et de votre potentiel on vous propose aussi un PEA. Banco. Vous y allez aussi.


Puis, après la première année d’exercice, vous prenez conscience que vous allez payer un peu d’impôt et on vous sollicite à nouveau pour faire quelque chose. Parce qu’il faut faire quelque chose.


Un Pinel ? Non, c’est trop cher.

Un PER ? Oui, c’est le produit miracle. Alors oui. En fermant les yeux.

Bilan : Vous avez rencontré plusieurs acteurs, sans aucune stratégie ni cohérence, et au gré des opportunités et des « on dit ». Vous n’avez pas parlé projets ni objectifs mais vous avez bien multiplié les produits.


Dans la profession, certains seront bien évidemment plus agiles que d’autres pour rebondir mais auront malgré tout pris du retard dans l’élaboration d’une réelle stratégie.



Personnaliser votre stratégie !


Construire une stratégie patrimoniale, c’est d’abord s’interroger sur ses projets et ses objectifs.

Après les avoir identifiés avec votre référent patrimonial, il convient d’y apporter un horizon et de les chiffrer.


Il convient après de connaître votre potentiel réel : votre épargne (celle que vous faites déjà : les fameux versements vers les livrets A et PEL que vous remplissez depuis longtemps) et votre capacité d’épargne réelle. Booster votre capacité d’épargne en choisissant le montant que vous souhaitez épargner chaque mois vous dégagera plus de marge plus tard.


Enfin, il convient d’utiliser tous les leviers que vous offrent la gestion de patrimoine (levier de crédit, levier comptable, levier fiscal insistant aussi sur la prévoyance) pour bâtir une stratégie long terme. Vous aurez alors à vos côtés un référent patrimonial unique qui vous accompagnera dans le temps pour vous aider à grandir et atteindre vos objectifs personnels et professionnels.


Des objectifs clairs et une stratégie définie avec un professionnel vous mèneront vers votre accomplissement patrimonial



Pour échanger sur votre situation, prenez rendez-vous directement dans mon agenda